Select Language

CHU de Bordeaux : le Cancer du rein en ambulatoire

CHU de Bordeaux : le Cancer du rein en ambulatoire

Article publié par Valérie Durbec sur Aquitaine Online le 13 mars 2017
Urologie : CHU de Bordeaux , 1er centre international développant le traitement chirurgical conservateur du cancer du rein en ambulatoire.
Urologie : CHU de Bordeaux , 1er centre international développant le traitement chirurgical conservateur du cancer du rein en ambulatoire.

Le service d’urologie, andrologie et transplantation rénale du Pr Jean-Marie Ferrière au CHU de Bordeaux, est le 1er centre à l’échelon international à avoir adapté la technique de néphrectomie partielle robotique pour proposer aux patients une prise en charge en ambulatoire1.

Centre de référence de traitement du cancer du rein, le CHU de Bordeaux a depuis 2010 promu l’assistance robotique pour la néphrectomie partielle. Cette évolution technique et l’expertise développée ont été à l’origine, pour cette chirurgie réputée complexe, d’une réduction de la morbidité per et post-opératoire (réduction des saignements, diminution des douleurs, cicatrices plus petites) ainsi que des durées d’hospitalisation et de convalescence.

Urologie : CHU de Bordeaux , 1er centre international développant le traitement chirurgical conservateur du cancer du rein en ambulatoire.Après la mise en place initiale, en 2015, d’un programme de réhabilitation améliorée après chirurgie (RAAC), le développement d’un protocole de prise en charge ambulatoire des tumeurs du rein s’est logiquement imposé. Le protocole « AMBU-Rein », coordonné par le Dr Jean-Christophe Bernhard est soutenu par la DGOS2 et l’INCa3 en tant que projet pilote développant la chirurgie ambulatoire du cancer4. Cette prise en charge innovante s’accompagne d’une évaluation prospective médicale (sécurité et satisfaction des patients) et médico-économique réalisée dans le cadre du Réseau Français de Recherche sur le Cancer du Rein UroCCR (www.uroccr.fr) et s‘inscrivant dans l’action du Comité de Cancérologie de l’Association Française d’Urologie (CCAFU).

Depuis septembre 2016, 14 patients ont déjà bénéficié de ce nouveau « chemin clinique » impliquant une parfaite collaboration pluridisciplinaire médicale et paramédicale. L’accent est aussi mis sur la relation ville-hôpital, l’information du médecin traitant et l’éducation pré-thérapeutique du patient par la mise en place d’une consultation infirmière dédiée et l’utilisation d’outils d’aide à la communication par la réalité virtuelle ou l’impression 3D.

Enfin, une majorité des patients pris en charge étant domiciliée hors département, la possibilité de proposer une structure d’accueil hôtelière représente un atout pour le développement de ce type de pratique innovante dans des conditions de confort optimales pour les patients.

 

 

COMMENTAIRES