Select Language

Clinifit invente l’hôpital à bas coût pour les pays en voie de développement

Clinifit invente l’hôpital à bas coût pour les pays en voie de développement

Publié le 21/05/2016

VALERIE SAUVAGE

Après avoir développé le concept de « chambre revalidante », la jeune start-up Clinifit vient de terminer un prototype d’hôpital à bas coût destiné aux pays en voie de développement. Dans un premier temps.

La question a été posée il y a deux ans. Le gouvernement guinéen a frappé à la porte de Clinifit, jeune start-up d’Eurasanté spécialisée dans les concepts hospitaliers innovants, pour lui demander de travailler sur un nouveau type de prise en charge hospitalière. « Ils nous ont expliqué que globalement, ils savaient construire un hôpital aux standards européens mais que leur économie ne leur permettait pas de le faire fonctionner », explique Nicolas Vaillant, directeur général de Clinifit.

Voilà Clinifit, déjà concepteur de la « chambre revalidante » – complètement optimisée et hyperconnectée – engagé dans un nouveau projet. « Nous avons opté pour la chirurgie ambulatoire qui couvre 80 % des besoins de la population (98 % de la maternité, 80 % de la chirurgie et 70 % de la médecine). » Les patients entrent et sortent le même jour de l’hôpital. « On supprime ainsi dix étages de chambres. » Toujours dans l’optique de réduire les coûts, le bâtiment est construit à partir de « panneaux sandwiches » développés par l’entreprise Klégé de Bapaume. Ils intègrent les réseaux électriques ou les canalisations d’eau et sont entièrement fabriqués en usine.

5 millions d’€ l’hôpital

Au final, un bâtiment CuraDay de 2 000 m2 environ doit permettre de réaliser 8 000 actes chirurgicaux par an, 2 000 accouchements (dont 25 % par césarienne) et plus de 45 000 consultations. Chaque hôpital ainsi conçu devrait coûter moins de 5 millions d’€ (objectif : 750 €/m2).

« Les coûts de construction, grâce au choix de la chirurgie ambulatoire et à la technique des panneaux sont divisés par 20. Les coûts de soins sont divisés par 5. Notre objectif, c’est de donner accès aux soins à la population la plus large possible. »

Clinifit a par ailleurs réfléchi à un partenariat avec un exploitant afin d’assurer la pérennité des sites ainsi qu’à la formation du personnel. Nicolas Vaillant veut aussi établir une grille tarifaire publique afin de limiter la corruption. Le premier hôpital devrait voir le jour en 2017. Le Cameroun et la Guinée sont intéressés. « Dans un premier temps, nous pensons aux pays en voie de développement. Mais il n’est pas impossible que l’on voit arriver ce modèle plus tard dans les pays industrialisés. »

Pour l’instant, une campagne de crowdlending en prêt participatif doit être lancée le 15 juin via la plate-forme Prêtgo… Lire la suite de l’article sur La Voix Du NordLa Voix du Nord

COMMENTAIRES