Select Language

Infrastructures sanitaires : la maternité de l’hôpital de Donka dans un piteux état

LogoGuineenews-1
Article de Cheick Alpha Ibrahima Camara paru dans Guinéenews.org le 4 mai 2017,

 Le pavillon ‘’Maternité et Nutrition’’ du Centre hospitalo-universitaire de Donka (CHU Donka) est dans un état de dégradation poussée. Et cette situation impacte sur la santé des enfants qui naissent dans cet établissement ainsi que sur celle des femmes en couche qui y sont auprès de leurs enfants, a constaté sur place Guineenews ce mercredi 3 mai.
Construit en 1986, l’édifice abritant l’espace réservé aux nouveau-nés et aux enfants victimes de malnutrition, fait triste à voir. Des salles sont mal éclairées et nous remarquons même des fils électriques exposés et non protégés. Les murs et le sol sont crasseux, une odeur nauséabonde s’en dégage et accueille tout visiteur dans le couloir.

Pour y voir clair, Guineenews a tendu le micro au Dr Daouda Condé, chef de département Laboratoire de l’Institut de nutrition et de la santé de l’enfant. La vétusté des matériels est le premier problème posé par le premier responsable de ce centre. « Certains équipements datent de 1986, l’année de construction du centre. », révèle-t-il.
Ensuite, il a déploré l’état de l’extracteur d’oxygène pour les nouveau-nés, qui, selon lui, s’éteint parfois pendant qu’il est en marche. Mais aussi, le manque d’équipement adéquat pour faire face à certaines urgences. Et c’est le cas du service laboratoire qui n’a pas de réfrigérateur. « Celui qui tourne difficilement est aussi vieux que le centre », a ajouté Dr Condé.

Parlant de la situation des prématurés et des couveuses du service néo-natalité, le chef de département a indiqué, sur un ton triste: « la plupart de nos couveuses ne fonctionnent pas aujourd’hui. Et cette insuffisance fait que nous sommes obligés de placer deux enfants dans une couveuse prévue pour un seul. »
«Le cas des siamois est très grave parce que généralement, ils ne sont pas gérés par nous. Mais nous les préparons jusqu’à ce que toutes les questions liées à leur traitement et à leur évacuation soient résolues car ils ne sont pas pris en charge par nous. D’ici là, la charge des parents nous incombe et nous n’avons pas les moyens pour y faire face », a conclu Dr Condé.

Dans les salles d’hospitalisation, Guineenews a remarqué qu’il y a un manque criard de climatiseurs. Ce qui laisse plusieurs bébés de quelques mois et même certains prématurés à la merci d’une insupportable chaleur.

Cet état de fait nous a été confirmé par une mère d’un garçon de deux mois. « Depuis la naissance de mon enfant, j’ai été obligée d’acheter un éventail pour éviter que la sueur et la chaleur n’embêtent mon bébé. Il n’y a ni climatiseur ni ventilateur. Pendant la journée, nous ouvrons les fenêtres pour laisser le vent circuler. Et même ça, c’est un problème, vu que l’autre côté de l’hôpital est en rénovation, toute la poussière se retrouve dans nos salles », a-t-elle affirmé, sous anonymat.

D’autres médecins traitants nous ont signalé que la photothérapie, un appareil qui sert à réchauffer les nouveau-nés, est en panne depuis un certain temps et le maintenancier nous a fait comprendre qu’il serait temps de trouver une nouvelle photothérapie.
Un véritable scénario qui fait comprendre à tout visiteur, à toute femme enceinte et à toute mère, que la Guinée est un pays qui est pauvre en structure et en équipement sanitaire néo-natal.

COMMENTAIRES